logo


Colloque – Intelligence Artificielle – 30 nov. et 1er déc. 2019

« L’, que peut-en dire la ? »

 

 30 novembre et 1er  décembre 2019 23 rue malus 59000

Tarif – Inscriptions

50€/10€ (étudiants, RSA, etc.)/gratuit pour les adhérents. Inscription par courrier au 6 rue Henri Bossut, 59100 Roubaix, avec: Nom, Prénom, adresse postale et mail et téléphone. Chèque à l’ordre de: AECF.

Argumentaire

L’intelligence, si on s’en tient à l’étymologie latine (Intellegere), signifie : « comprendre » (du latin comprehendere), soit : « avoir en soi… ». L’intelligence, il s’agirait donc de l’avoir ou de ne pas l’avoir… L’avoir grande ou l’avoir petite ? Être doué d’intelligence (« Haut potentiel », tel qu’on le dit aujourd’hui) ou être dit débile ? Disposer d’intelligence humaine plutôt que d’instinct animal. Avoir l’intelligence cérébrale et/ou l’intelligence de l’âme… Avoir une intelligence affective, corporelle, musicale, mathématique, etc. Et l’intelligence artificielle ? Malraux (in La condition Humaine, 1933) fait dire à Ferral, à qui l’on demande « Qu’entendez-vous par l’intelligence ? », qu’elle est « La possession des moyens de contraindre les choses ou l’homme. » Que serait l’intelligence artificielle au regard des découvertes de la psychanalyse ? Ne serait-elle pas l’indice d’une psychose sociale où les productions de chaque Un finissent en agrégat de matières à asservir ceux qui l’ont nourri ? Voltaire (in Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, 1756) disait que « l’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre, qui fait travailler le grand, est nourri par lui, et le gouverne ». En l’occurrence, la nation correspond aux GAFAM –c’est-à-dire quelques grands groupes industriels– qui tiennent les métadonnées (Big Data) en stock dans leur Data Center. Outre la matérialité énergivore nécessaire au stockage de ces données à priori immatérielles – puisqu’elles correspondent aux contenus de langages échangés par les internautes – existe une matérialisation de ce qui ne serait resté que valeur d’échange (nécessaire) si quelques-uns n’en n’avaient pas saisi une valeur d’usage a des fins de capitalisation monétaire. Autrement dit : le partage des productions de chacun dans le réseau social a toujours contribué à l’émergence d’une plus-value à laquelle aucun « ermite pur » (impossible) n’aurait pu prétendre. La dialectique caractérisant la structure du sujet (de l’inconscient) se définit par « ce qui ne cesse pas de s’écrire » via les productions contingentes qui donnent un aperçu, une part de ce qu’il en est. Si les productions, à priori librement partagées par chacun, au moyen de la toile (internet) autorisent l’émergence d’autres outils pour d’autres savoirs et d’autres conforts, elles deviennent autant le terreau d’autres artifices prédicatifs voilant la dimension subjective du Désir (de l’Autre) au cœur de l’existence subjective.

Benoît Laurie.

Liste des intervenants :

Kévin VANCAUWENBERGH: Psychanalyste, président de l’AECF LILLE. Joseph LE : Psychanalyste, membre d’Acte psychanalytique Amîn HADJ-MOURI : Psychanalyste, membre fondateur de l’AECF Lille et membre de Dimpsy L’intelligence artificielle : une illusion de métalangage ? Dominique GUEVENOUX : Psychanalyste membre de l’AECF Lille et Dimpsy Valentin FLUTEAU : Chef d’entreprise, producteur créateur de formations numériques Samir AMELLAL : PDG de Havas Helia (filiale spécialisée en science de données du groupe Vivendi. Expertise en science des données, Intelligence artificielle, économie numérique, informatique) René LEW : Psychanalyste, membre fondateur de Dimensions de la psychanalyse. L’intelligence comme artefact de la pulsion. Emmanuel BRASSAT : Professeur de philosophie à l’université Cergy pontoise Benoit LAURIE : Psychanalyste membre de l’AECF Intelligence artificielle: pas que plus-value. Marion HAZA: MCU HRD à l’Université de Poitiers, Présidente de CAMELEON, Clinique adolescence et modernité, secrétaire générale du CILA (Collège Internationale de l’Adolescence), membre de l’IVSO (Institut du Virtuel Seine Ouest) Fréderic TORDO : Psychologue clinicien et psychanalyste, Docteur en psychologie clinique, Chercheur associé CRPMS (Paris Diderot), membre fondateur de l’Institut pour l’étude des relations Homme-Robots (IERHR), vice-président de l’Association Européene Nicolas Abraham et Maria Torok (AENAMT), Responsable du DU Cyberpsychologie (Paris-Diderot) Auteur de : Le moi-cyborg. Psychanalyse et neuroscience de l’homme connecté, Paris, Dunod (2019)

Télécharger le programme du colloque

Textes préparatoires (cliquer sur le titre du texte pour accéder à la lecture)

Emmanuel BRASSAT
Informatique, économie de la connaissance et transformations néolibérales des systèmes d’éducation en France
Les enjeux philosophiques de l’informatique
Benoit LAURIE
L’intelligence artificielle à l’insu du corps du dire
Frédéric TORDO
Titre de la conférence (non indiqué sur le programme papier): « Le moi-Cyborg: transformation, prothèse et orthèses psychiques. »