logo


COLLOQUE

« Psychanalyse, Politique et Modernité »

Samedi 23 novembre et dimanche 24 novembre 2013

Espace INKERMANN-CHÂTILLON

5, rue Gauthier de Châtillon – 59000 Lille

 

Argument :

Se mouvant dans le champ des enjeux politiques, la psychanalyse comme discours ne peut se porter candidate comme « collectif » institutionnel, encore moins reconnu par l’état « d’utilité publique » … C’est la difficulté majeure de notre discours mais aussi sa force qui lui permet, à ce prix, de soutenir sa fonction dans son champ logique, de réitérer sa transmission, son « acte ».

Ailleurs, le discours « Capitaliste » dont la portée extensionnelle s’adresse « au plus grand nombre » produirait toujours plus d’effets d’aliénations des masses, de destruction du tissu social. Ce discours opèrerait alors, via ses artifices de toute puissance imaginaire et de fausses urgences, un véritable déni de la subjectivité au profit d’une trompeuse « nécessité sphérique » d’un « entre nous » catastrophique.

Dans « Télévision », Lacan nous mettait en garde: « Plus on est de saints, plus on rit, c’est mon principe, voire la sortie du discours capitaliste – ce qui ne constituera pas un progrès, si c’est seulement pour certains. »

Nonobstant le nombre, notre responsabilité est engagée du côté du « progrès » du lien social, coordonnées qualitatives « du bien dire », éthique vouée à la mise en perspective d’une efficacité autre, non marchande, mais salvatrice pour le sujet. Les dérives sont d’autant plus obscurantistes que les tentations, en contre, élèveront en idéologie le discours psychanalytique lui-même, accentuant encore une « disparition » heureusement toujours « annoncée ».

Car c’est un fait, l’irréductibilité de la structure reconstitue, chaque fois, le socle, le fond et les formes renouvelées d’une modernité à jamais inédite, forgée au Réel de ce  » pas tout » évidant logiquement toute consistance « fantasmatique » d’un collectif fût-il trop avide de s’affranchir toujours de la Loi symbolique.

 

Dominique Guévenoux

Président de l’AECF LILLE

 

SAMEDI

Matin

8H30 – 9H00 : Accueil

Modérateur : Benoit LAURIE – AECF Lille

9H00 – 9H15 : Allocution d’ouverture

Dominique GUEVENOUX – Président AECF Lille

9H15 – 9H45 : Jean Baptiste BEAUFILS

« Parrêsia »

9H45 – 10H15 : Dominique GUEVENOUX – AECF Lille – Dimensions de la Psychanalyse

« Métalangage numérique »

10H15 – 10H45 : Jeanne LAFONT – Dimensions de la Psychanalyse – Paris

« Y a pas de progrès »

10H45 – 11H00 : Pause

11H00 – 11H30 : Pierre SMET – Acte Psychanalytique – Bruxelles

« La politique et le factice »

11H30 – 12H15 : Débat

Après-midi

Modérateur : Jean SIBEUD – Médecin Directeur

CMPP Henri Wallon

 14H00 – 14H30 : Yann DIENER – Paris

 14H30 – 15H00 : Frédéric DAHAN – Dimensions de la Psychanalyse – Paris

« Une fenêtre analytique ? »

 15H00 – 15H30 : Maryan BENMANSOUR – Paris

« Disparaître ? Une éthique »

 15H30 – 15H45 : Pause

15H45 – 16H15 : Frédéric NATHAN-MURAT

Dimensions de la Psychanalyse – Paris

 « Avenir des illusions »

 16H15 – 17H15 : Osvaldo CARIOLA

Dimensions de la Psychanalyse – Copenhague

 17H15 – 18H00 : Débat

 

DIMANCHE

Matin

Modérateur : Henri AGNERAY – Psychanalyste – Lille

 9H30 – 10H00 : René LEW – Dimensions de la Psychanalyse – Paris

« Prédicativité de la politique »

10H00 – 10H30 : Majid SAFOUANE – Paris

« Le printemps arabe : éclosion de quel sujet ? Et de quelle époque ? »

 10H30 – 10H45 : Pause

 10H45 – 11H15 : Jean-Michel MACK

Dimensions de la Psychanalyse – Strasbourg

« Autour de l’œuvre d’Oscar Niemeyer : perspective et modernité »

 11H15 – 12H00 : Débat

Après-midi

Modérateur : Mylène DEVAUX – AECF Lille

 14H00 – 14H45 : Michel ELIAS / Joseph Lé TA VAN / José BARAO DA CUNHA

Acte Psychanalytique – Bruxelles

«La politique de ce qu’il ne faut pas dire, voire de ce qu’il faut ne pas dire»

 14H 45 – 15H15 : Amîn HADJ-MOURI – AECF Lille – Dimensions de la Psychanalyse

« Il n’y a pas de modernité sans l’inconscient »

 15H15– 16H00 : Débat

 16H00 – 16H15 : Dominique GUEVENOUX

Conclusion – Fin des travaux