logo


B.LAURIE – Proposition pour le colloque 2015

Proposition de Titre et d’argument pour le prochain

colloque de l’AECF, en 2015.

Par  - le 21 janvier 2015.

 

L’idée est que chaque membre de l’association puisse commencer à participer à ce colloque, dans l’élaboration de la thématique qui nous réunira.
Je vous propose de discuter du titre et de l’argument : de m’apporter vos suggestions, corrections, etc.
Pour rappel, a été décidé à l’AG du 17 janvier dernier, que ce colloque portera sur les passes extra-associatives, ce en lien avec le travail initié par plusieurs associations parisiennes dont Dimensions de la psychanalyse.

 

 

Titre : Ceux qui passent parlent la psychanalyse.

Argument

Qu’est-ce qui (se) passe chez celui qui passe par la psychanalyse ?
Comment une analyse se poursuit-elle dans l’après-coup de la cure ? Comment favoriser encore ce qui y passe ?

La psychanalyse se veut construite par les sujets qui la composent ; par ceux qui en vivent l’expérience : qui y parlent et qui la parlent. En ce sens, elle est le fruit d’une pluralité que défendent ceux qui s’en soutiennent.

Qu’est-ce qui se parle entre ces sujets et qu’est-ce qui y passe ?
Ce qui y passe, au regard de la psychanalyse, c’est l’inconscient. Et cet inconscient ne saurait passer autrement que du fait du langage par lequel ces sujets existent.
C’est cet inconscient qui se veut entendu depuis la découverte freudienne, laquelle ne se serait pas faite sans ceux qu’il entendait ni sans ceux qui l’entendaient.

La psychanalyse passe dans le présent de l’énonciation quand bien même s’y parlerait du passé ; passé par-le langage.

Ne peut-on supposer que chaque analysant est invité et s’invite à parler la psychanalyse et, ainsi, à la construire encore ?

Lacan a fait la proposition de la passe et aujourd’hui nous sommes invités à poursuivre ce travail après lui car il s’agit bien d’une transmission de ce qui passe d’un analysant à l’autre (étant entendu que l’analyste a encore à se reconnaître comme tel).
En ce sens, la transmission de la psychanalyse se différencie-t-elle nettement – et existe nettement par cette différenciation – de la transmission d’un savoir idéologique tamponné par ceux qui en seraient les dépositaires.