logo


J-C CORDONNIER – Propositions pour le colloque sur la Passe de novembre 2015

 

Proposition de titre et d’argument par

Proposition de titre :

Ce qui ne cesse pas de passer.

 

Proposition d’argument :

La passe est l’objet de ce colloque. Le titre que nous lui donnons – en sa paraphrase de Lacan – en souligne l’enjeu : une nécessité, voire une obligation, un devoir, si on change de modalités. Nombre de malentendus circulent sur ce dispositif forgé par Lacan. Tant et si bien que parmi ses plus fameux élèves, l’échec de la passe serait entériné. Lacan a parlé également d’échec pour la psychanalyse ; ces mêmes élèves et d’autres encore considèrent-ils la psychanalyse comme un échec ? On se le demande…

Y. Diener a produit sur le sujet une cartographie rendant compte de la répartition des associations psychanalytiques en fonction de leur rapport à la passe.

Il arrive que la passe soit un échec ; mais pas n’importe quand. Nous disons qu’elle l’est quand :

1 – elle prouve la fin de l’analyse

2 – quand elle évalue la formation du passant

3 – quand elle est obligatoire à la fin d’une cure

4 – et quand enfin elle est obligatoire à l’entrée d’une institution.

Mais elle ne l’est pas a priori si l’on est du côté de l’imprédicativité, du côté de la récursivité. Parlant ainsi, nous marquons notre proximité avec René Lew en particulier et avec Dimensions de la psychanalyse en général. L’AECF Lille soutient le dispositif de la passe en réseau, dite aussi passe extra-associative. Nous considérons qu’on ne peut pas ne pas soutenir un tel dispositif, cependant que ça ne dise rien du positionnement de chaque-un. Ce colloque vise aussi ceci : qu’un tel soutien ne soit pas une simple pétition de principe.

La structure signifiante est là-dessus sans appel : on est toujours seul dans son rapport à la psychanalyse (pour citer approximativement et sciemment Lacan) et ceci quoi qu’on adhère à tel ou tel collectif et pour telles ou telles raisons. Seul mais pas isolé ; pas sans quelques autres.

La passe ne saurait concerner que les psychanalystes ; le devenir analyste (et son désir) n’en est qu’un des enjeux. Encore la question politique ; la passe témoigne d’un cheminement toujours singulier. Un grand Autre étatique ne peut définir ce qui forme un analyste. Rappelons avec feu José Attal citant Lacan : il n’y a pas de formation de l’analyste, il y a des formations de l’inconscient et l’analyste en est une !

Cure, passe, cartel et puis intervention publique, tels sont les dispositifs qui témoignent de la mise en mouvement du réseau signifiant et de sa relance…

JCC, février 2015.