logo


Séminaire clinique G18 2017-2018

« Malaise dans la civilisation et psychopathologie du travail »

Dès 1929, Freud a mis en évidence dans « Malaise dans la civilisation », la concomitance des progrès humains et certains événements malheureux qui, tout en procédant semblent les contredire, voire s’y opposer.

Avec Lacan et sa lecture inédite de Marx, affranchie de tout carcan idéologique partisan, le symptôme subjectif a été redéfini et le concept de « plus de jouir » a été forgé à la lumière de celui de plus-value, impliquée dans le travail salarié notamment.

En effet, engager son propre corps dans un rapport qui fait appel à la force de travail -physique et /ou intellectuelle- contre une rémunération, revint à accepter un discours, c’est à dire un lien social spécifique, qui ne tient aucunement compte de la subjectivité, nommément de la condition d’être parlant, liée à l’inconscient.

Au cours des différentes séances nous tâcherons de montrer en quoi le discours analytique, autre lien social inédit, peut nous apporter des éclairages utiles à l’analyse et à l’articulation des différentes dimensions qui constituent ce qu’il est convenu d’appeler la souffrance au travail. Plus précisément, il s’agira de montrer en quoi les apports du discours analytique qui met en œuvre une logique autre que celle qui nourrit le « malaise dans la civilisation » se démarquent radicalement du subjectivisme psychologique, devenu l’apanage des méthodes perverses de management, baptisées « gestions des ressources humaines » mises au service de l’aliénation sociale et exclusives du sujet de l’inconscient.

  • Samedi 02 décembre 2017

Rosa CARON

 

  • Samedi 20 janvier 2018

René LEW

 

Impact du néolibéralisme sur la psychopathologie

(1) Les théories du choix rationnel et l’autisme

 

 Une politique du soin suit l’orientation néo-libérale dominant le monde, DSM IV (etc.) à l’appui. Que serait l’orientation qu’implique la tendance à l’extrême-droitisme du monde ? L’exemple de l’autisme et de ses abords cognitivo-comportementaux, dont le technicisme a valeur de dressage, peut servir d’appui à une réflexion psychanalytique sur les politiques de santé. Sans parler de la mainmise toujours à craindre des banques sur les organismes de Sécurité sociale et d’Assurance maladie.

 

 

  • Samedi 17 février 2018

Lise GAIGNARD
« La condition des psychanalystes et le travail »

(1) « La pratique de la cure psychanalytique ne supportant ni expert ni « sauveur », comment accueillir le « désespoir au travail »? Quelle définition du travail peut-on adopter pour maintenir une éventualité de remaniement pulsionnel? Le dualisme vie en famille/vie au travail peut alors apparaître comme une défense collective construite au XXème siècle, nous en examinerons quelques moments clés. » 

 

 

  • samedi 24 mars 2018

Amîn HADJ-MOURI

(1) Analyse et commentaire de cet échange de LACAN dans Télévision:

Question : «Les psychologues, les psychothérapeutes, les psychiatres, tous les travailleurs de la santé mentale-c’est à la base, et à la dure, qu’ils se coltinent toute la misère du monde. Et l’analyste, pendant ce temps ?

Réponse :«Il est certain que se coltiner la misère, comme vous dites, c’est entrer dans le discours qui la conditionne, ne serait-ce qu’au titre d’y protester. Rien que dire ceci, me donne position-que certains situeront de réprouver la politique. Ce que, quant à moi, je tiens pour quiconque exclu. Au reste les psycho –quels qu’ils soient, qui s’emploient à votre supposé coltinage, n’ont pas à protester, mais à collaborer. Qu’ils le sachent ou pas, c’est ce qu’ils font. »

 

  • Samedi 14 avril 2018

Lise GAIGNARD
(2)
« La condition des psychanalystes et le travail »

 

 

  • Samedi 19 mai 2018

Amîn HADJ-MOURI

(2) Analyse et commentaire de cet échange de LACAN dans Télévision


  • Samedi 02 juin 2018

René LEW

(2) Valorisation des personnes et dévalorisation subjective

Prendre quelqu’un pour quelque chose est au risque de l’autisme. Là encore nous poursuivons avec les problèmes du choix rationnel.

 

 

Référents du séminaire :

Mme Rosa CARONMCF-HDR, en psychopathologie et psychologie clinique Lille3/Paris VII

Dr Nadia BABAChef de Pôle 59G18

Inscription au séminaire :ldehosse@epsm-lm.fr